Plonger en soi

Plonger en soi © Caroline Verstaen

Au début de l’année, l’appel des baleines s’est fait sentir. Ma petite voix intérieure me disait que je devais aller les rencontrer. Et quand les choses doivent se faire, elles se font : un mois plus tard, je m’envolais pour la Basse Californie du Sud, au Mexique, avec neuf autres femmes (que je ne connaissais pas) pour aller rencontrer les baleines. Aujourd’hui, je souhaite partager avec vous l’essencielle de ce voyage.

Et cette essencielle tient en un mot : RENCONTRES.

D’abord, et avant tout, la rencontre avec les baleines.
C’est pour elles que j’y allais.

Il y a d’abord eu les baleines à bosse le jour de la Pleine Lune. Ces baleines que je dessinais depuis quelques temps, sans savoir que c’était cette espèce précisément. Alors la rencontre fut chargée en émotions. Et magistrale, avec ce ballet d’amour final, où se mêlaient baleines et oiseaux !

Il y a eu ensuite les baleines grises, avec trois rencontres clés :

  • La baleine-guérisseuse et sa danse sous notre bateau.
  • La mère-baleine et son baleineau, à qui j’associe le mot “transmission” : elles m’ont dit qu’il est important de transmettre, que je transmette. Et je retiens trois autres messages qui nous ont été transmis : avance sur ton chemin avec tendresse, nous sommes les gardiennes de la fécondité et de la créativité, je suis mère-veilleuse.
  • La matriarche, la femme sage, qui nous a dit : “je suis avec vous dans votre coeur pour toujours” et qui représente, pour moi, la sagesse-même de la baleine, le fait de plonger en soi, dans ses profondeurs, ce que j’aspirais à faire avec ce voyage.
La Femme Baleine © Caroline Verstaen

Ensuite, il y a eu la rencontre avec le monde animal et la nature. Là, j’ai pris conscience du Tout. Nous, humains, nous sommes des habitants de la Terre au même titre que les animaux terrestres, aériens, aquatiques, etc., que les plantes, les arbres, les fleurs, etc. Nous ne sommes pas les propriétaires de cette planète comme nous le croyons, nous en sommes des locataires : elle nous donne, nous devons donner en échange. Nous formons un Tout. Nous devons prendre soin de la Terre comme elle prend soin de nous. Et les animaux sont des êtres qui ont tellement à nous apporter. Je les aimais déjà avant, mais là je les vois différemment, avec encore plus de respect pour les êtres qu’ils sont.

La baie de San Ignacio

Il y a eu également la rencontre avec la mer. Je n’aime pas forcément être dans l’eau, en pleine mer, je n’aime pas mettre la tête sous l’eau, je ne suis pas à l’aise… Lors des premières sorties en bateau à San Ignacio, j’avais un peu peur. Et puis au fil des sorties, je me sentais de mieux en mieux. Jusqu’au dernier jour où j’ai médité sur le bateau, les yeux fermés. J’étais pleine de gratitude pour la mer et ses habitants aquatiques et aériens. Je me sentais en confiance, j’aimais sentir le roulis du bateau. J’aimais également être debout, en équilibre. J’étais bien sur notre bateau.

Rêverie – 14/02/2019

Enfin, il y a eu la rencontre avec le groupe. Notre groupe. J’ai rencontré neuf femmes différentes, chacune d’entre elles, à sa façon, m’a apporté quelque chose. Ainsi que Guillermo, notre guide mexicain. Et le groupe lui-même, avec ce qu’il en a émergé, m’a aussi beaucoup appris sur moi et sur le collectif.

img_9076
La Baleine de l’Amour – 06/08/2018

Ce voyage de tant de rencontres m’a finalement amené à ma propre rencontre. A la rencontre de mes profondeurs. Ce fut un véritable voyage intérieur qui va continuer longtemps d’infuser en moi…

Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux.
Marcel Proust

Ce voyage, j’ai pu le faire grâce à Frédérique Pichard, merveilleuse ambassadrice du monde animal, et l’agence de voyage, l’Odyssée du Papillon. Voici quelques liens :

Publicités

4 commentaires sur “Plonger en soi

Ajouter un commentaire

  1. Trop bien Caroline ! Contente de te lire. Je vois que ton voyage t’a rendue pleine de sagesse 😉 Et t’a (re)connectée à l’essentiel, c’est-à-dire à toi-même et à la nature.
    Hé oui, comme tu le dis si bien nous sommes locataires dans ce monde, rien ne nous appartient et lorsqu’on comprend cela, on comprend beaucoup de choses.

    Aimé par 1 personne

Répondre à Lucile Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :